Henryk Szeryng

THE UNRELEASED BERLIN STUDIO RECORDINGS

précédent
Henryk Szeryng - The unreleased Belin Studio Recordings - Double vinyle
Henryk Szeryng - The unreleased Belin Studio Recordings - Double vinyle
Henryk Szeryng - The unreleased Belin Studio Recordings - Double vinyle
Photo de Henryk Szeryng - The unreleased Belin Studio Recordings - Double vinyle
suivant

Cette référence est exceptionnelle à plus d’un titre : c’est la première fois que nous retrouvons des enregistrements réalisés en studio et qui avaient vraisemblablement vocation à être publiés ! Les ingénieurs de la RBB ont accompli un véritable miracle acoustique : jamais le son d’un violon ne nous était apparu avec autant de détails, de vérité - toutes époques confondues.
Afin de prolonger cette prouesse tant artistique que technologique, il nous tenait à cœur de rendre toute la dynamique et les détails de cette lecture historique de la 2e Partita de Bach et de la Sonate de Franck dont les durées des mouvements se répartissaient parfaitement sur les 4 faces d’un double album en… 45 tours ! Une autre première dans l’histoire de notre label.
Toutes les autres versions (CD et téléchargement HD ainsi que la carte de téléchargement de l’édition vinyle) comportent l’intégralité des enregistrements retrouvés.

Henryk Szeryng - en majesté à Berlin

Avril 1962 et avril 1963, à un an d’intervalle, les acousticiens berlinois, parmi les plus affûtés au monde, règlent les panneaux amovibles des parois du studio No. 3 de la maison de la Radio berlinoise. Prodige de technicité fondé sur des méthodes révolutionnaires bien que totalement artisanales, cette salle a été conçue en 1929 par l’architecte Hans Poelzig dans un souci unique et rarement égalé : permettre une acoustique d’une grande fidélité quelles que soient les fréquences émises avec une réverbération modulable à souhait. Henryk Szeryng a la réputation d’un maître scrupuleux, intransigeant et authentique qui se range aux côtés d’un Milstein ou d’un Grumiaux. En avril 1963, il a 44 ans. Au sommet de son art, il sort méticuleusement de sa boite son Guarnerius del Gesu, dit « le duc » avec lequel il marquera l’histoire du violon ce jour-là.

« L'œuvre de Jean-Sébastien Bach est une Bible. Bach est le but ultime, là où tout commence et tout s'arrête. Sa musique vous rapproche de votre âme. » Henryk Szeryng.

La Partita No. 2 est une œuvre monumentale par la richesse et la variété de son écriture, employant une polyphonie peu commune pour un violon solo. Bach semble ne vouloir qu’un thème unique qui « hante » les quatre premiers mouvements afin d’aboutir en majesté à cette chaconne exceptionnelle construite comme une œuvre en elle-même. Longue de 15 minutes elle expose un thème qui sera varié soixante-trois fois afin d’évoquer, à l’intérieur d’un ensemble très construit, un univers d’émotions d’une richesse infinie, depuis l’angoisse et le chagrin jusqu’à la joie et l’espérance. Pour s’emparer de la force croissante de cette progression, Henryk Szeryng désire interpréter l’intégralité de la partita d’un seul trait. Il ne faudra que deux prises pour aboutir à une interprétation unique en densité, émotion et pureté dont nous avons eu la chance de pouvoir restituer toute la subtilité.

Un an tout juste auparavant, Szeryng est dans ce même Studio 3 pour y enregistrer la sonate de Franck. Il y a une relation évidente entre Bach et César Franck : le sens de la construction, la volonté de l’unité, la maîtrise du temps. La sonate pour violon, composée en 1886, procède de la même écriture intense que celle de la Partita de Bach. L’aura qu’elle revêt après le triomphe lors de sa première représentation, dépassera très vite le simple registre musical. On rapporte qu’elle a inspiré Marcel Proust pour scander les amours de Charles Swann et d’Odette de Crécy dans « Du côté de chez Swann ». Comme pour la Partita No. 2, Henryk Szeryng, et le pianiste Günther Ludwig, atteignent ici une véritable alchimie et nous livrent une des plus inoubliables interprétations de cette œuvre.

Record 1 (45 RPM)/CD 1

  • Bach : Partita for solo violin No. 2 in D minor, BWV 1004*
  • Allemanda
  • Corrente
  • Sarabanda
  • Giga
  • Ciaccona

  • RECORD 2 (45 RPM)/CD 1

  • Franck : Sonata for violin and piano in A major, FWV 8**
  • Allegretto ben moderato
  • Allegro-Quasi lento-Tempo primo
  • Recitativo-Fantasia
  • Allegretto poco mosso


    • Henryk Szering, violin

    *Enregistré au Studio III, RBB, Berlin, 19.IV.1963
    MONO ℗ 1963 RBB
    Marinus Flipse, piano
    **Enregistré au Studio III, RBB, Berlin, 27.IV.1962
    MONO ℗ 1962 RBB
    Günther Ludwig, piano Remastérisé par ℗ & © 2022 THE LOST RECORDINGS
    Fabriqué et imprimé en Allemagne


    Remasterisé à partir des bandes analogiques originales
    Lacquer-cuts: Kevin Gray
    180g 2-vinyl album
    Masters & Mothers: Quality Record Pressings
    1ère édition, numérotée à 1000 copies
    Printed & Pressed in Germany



    *Une carte de téléchargement de l'album en 16-bit est incluse avec le vinyle.

    Cette référence est exceptionnelle à plus d’un titre : c’est la première fois que nous retrouvons des enregistrements réalisés en studio et qui avaient vraisemblablement vocation à être publiés ! Les ingénieurs de la RBB ont accompli un véritable miracle acoustique : jamais le son d’un violon ne nous était apparu avec autant de détails, de vérité - toutes époques confondues.
    Afin de prolonger cette prouesse tant artistique que technologique, il nous tenait à cœur de rendre toute la dynamique et les détails de cette lecture historique de la 2e Partita de Bach et de la Sonate de Franck dont les durées des mouvements se répartissaient parfaitement sur les 4 faces d’un double album en… 45 tours ! Une autre première dans l’histoire de notre label.
    Toutes les autres versions (CD et téléchargement HD ainsi que la carte de téléchargement de l’édition vinyle) comportent l’intégralité des enregistrements retrouvés.

    Henryk Szeryng - en majesté à Berlin

    Avril 1962 et avril 1963, à un an d’intervalle, les acousticiens berlinois, parmi les plus affûtés au monde, règlent les panneaux amovibles des parois du studio No. 3 de la maison de la Radio berlinoise. Prodige de technicité fondé sur des méthodes révolutionnaires bien que totalement artisanales, cette salle a été conçue en 1929 par l’architecte Hans Poelzig dans un souci unique et rarement égalé : permettre une acoustique d’une grande fidélité quelles que soient les fréquences émises avec une réverbération modulable à souhait. Henryk Szeryng a la réputation d’un maître scrupuleux, intransigeant et authentique qui se range aux côtés d’un Milstein ou d’un Grumiaux. En avril 1963, il a 44 ans. Au sommet de son art, il sort méticuleusement de sa boite son Guarnerius del Gesu, dit « le duc » avec lequel il marquera l’histoire du violon ce jour-là.

    « L'œuvre de Jean-Sébastien Bach est une Bible. Bach est le but ultime, là où tout commence et tout s'arrête. Sa musique vous rapproche de votre âme. » Henryk Szeryng.

    La Partita No. 2 est une œuvre monumentale par la richesse et la variété de son écriture, employant une polyphonie peu commune pour un violon solo. Bach semble ne vouloir qu’un thème unique qui « hante » les quatre premiers mouvements afin d’aboutir en majesté à cette chaconne exceptionnelle construite comme une œuvre en elle-même. Longue de 15 minutes elle expose un thème qui sera varié soixante-trois fois afin d’évoquer, à l’intérieur d’un ensemble très construit, un univers d’émotions d’une richesse infinie, depuis l’angoisse et le chagrin jusqu’à la joie et l’espérance. Pour s’emparer de la force croissante de cette progression, Henryk Szeryng désire interpréter l’intégralité de la partita d’un seul trait. Il ne faudra que deux prises pour aboutir à une interprétation unique en densité, émotion et pureté dont nous avons eu la chance de pouvoir restituer toute la subtilité.

    Un an tout juste auparavant, Szeryng est dans ce même Studio 3 pour y enregistrer la sonate de Franck. Il y a une relation évidente entre Bach et César Franck : le sens de la construction, la volonté de l’unité, la maîtrise du temps. La sonate pour violon, composée en 1886, procède de la même écriture intense que celle de la Partita de Bach. L’aura qu’elle revêt après le triomphe lors de sa première représentation, dépassera très vite le simple registre musical. On rapporte qu’elle a inspiré Marcel Proust pour scander les amours de Charles Swann et d’Odette de Crécy dans « Du côté de chez Swann ». Comme pour la Partita No. 2, Henryk Szeryng, et le pianiste Günther Ludwig, atteignent ici une véritable alchimie et nous livrent une des plus inoubliables interprétations de cette œuvre.

    Record 1 (45 RPM)/CD 1

  • Bach : Partita for solo violin No. 2 in D minor, BWV 1004*
  • Allemanda
  • Corrente
  • Sarabanda
  • Giga
  • Ciaccona

  • RECORD 2 (45 RPM)/CD 1

  • Franck : Sonata for violin and piano in A major, FWV 8**
  • Allegretto ben moderato
  • Allegro-Quasi lento-Tempo primo
  • Recitativo-Fantasia
  • Allegretto poco mosso


    • Henryk Szering, violin

    *Enregistré au Studio III, RBB, Berlin, 19.IV.1963
    MONO ℗ 1963 RBB
    Marinus Flipse, piano
    **Enregistré au Studio III, RBB, Berlin, 27.IV.1962
    MONO ℗ 1962 RBB
    Günther Ludwig, piano Remastérisé par ℗ & © 2022 THE LOST RECORDINGS
    Fabriqué et imprimé en Allemagne


    Remasterisé à partir des bandes analogiques originales
    Lacquer-cuts: Kevin Gray
    180g 2-vinyl album
    Masters & Mothers: Quality Record Pressings
    1ère édition, numérotée à 1000 copies
    Printed & Pressed in Germany



    *Une carte de téléchargement de l'album en 16-bit est incluse avec le vinyle.


    DOUBLE VINYLE | 68€